En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre ordinateur, notamment à des fins de suivi et de traitement, dans le respect de votre vie privée.      Infos / Fermer
Frais de livraison offerts dès 100€ d'achat

SERVICE CLIENT : 04 74 07 67 60

Du Mardi au Samedi
10h-12H et 14H-19H

0 articles : 0€
Voir le panier

Le guide du chauffage au bois

Fort de six années d’expérience dans le e-commerce, Mon Poêle à Bois Tendance vous propose aujourd’hui un guide pour vous aider dans le choix et l’installation de votre appareil de chauffage au bois. Poêle à bois, à granulés - ou pellets, insert… retrouvez sur cette page les clés pour vous orienter et bien comprendre le chauffage au bois.

Je choisis le bois pour mon chauffage

Le bois est une énergie non polluante. Sa combustion dégage du gaz carbonique (le CO2). Les forêts sont gérées de façon à renouveler le stock coupé. Lors de leur cycle de croissance, les arbres réabsorbent le CO2. Le bois est ainsi une énergie renouvelable et ne pollue pas.

En plus d’être une énergie renouvelable, le bois vous permet de faire des économies puisqu’il s’agit de l’énergie la moins chère du marché. En étudiant le tableau ci-contre on constate immédiatement que le ratio est plus souvent favorable au bois qu'aux autres sources d’énergie pour produire de la chaleur.

La puissance indiquée pour les appareils de chauffage au bois donne l’information du volume qui pourra être chauffé. Dans l’idéal il vaut mieux opter pour le poêle avec la puissance la plus faible possible, par rapport au volume chauffé, et le faire fonctionner au plus fort. Le rendement est plus efficace, la consommation de bois optimale quand la vitre et le conduit sont mieux entretenus.

En fonction de l’isolation de votre résidence, un poêle à bois peut disposer de suffisamment de puissance pour être votre chauffage principal. Dans d’autres cas il pourra être un chauffage complémentaire ou un chauffage d’appoint.

Retrouvez ci-dessous le tableau permettant de choisir la puissance adaptée à la surface de votre logement (sur la base d’un plafond à 2,5m de hauteur) :

Le rendement est la donnée qui vous renseigne sur la capacité du poêle à transférer l’énergie de la combustion à la pièce. A même puissance, un appareil à fort rendement consomme moins de bois qu’un appareil à faible rendement. Un appareil de 11kW avec un rendement de 50% consomme 110kg de bois pour 24 heures. Un poêle de 11kW plus performant avec un rendement de 75% ne consomme que 65kg sur les même 24 heures. Le calcul est vite fait, une économie de 45 kg de bois pour la même puissance au départ ! Le choix d’un fort rendement vous fait économiser de l’énergie et de l’argent. C'est aussi un usage plus respectueux de l’énergie bois.

Les appareils « continus » vous permettent de baisser le régime grâce aux boutons de réglage d’allure du feu. Ainsi réduit, le feu peut durer 10 heures sans surveillance. Concrètement c’est la possibilité de ne pas avoir trop chaud et de consommer moins de bois si ce n’est pas nécessaire. Votre appareil de chauffage au bois « continu » peut aussi fonctionner sans arrêt pendant la saison de chauffe.

Plusieurs systèmes de chauffage au bois

Vous avez choisi le bois, énergie renouvelable et parmi les moins chères du marché. Avez-vous décidé avec quel appareil l’utiliser ? Poêle à bois, à granulés, insert ou cheminée à foyer fermé, regardons ensemble quel système est le plus adapté à votre situation. Le tableau ci-contre nous donne des informations sur la facilité d’installation de chaque type d’appareil et le choix de modèles disponibles.

Regardons ensuite ce qu'il en est pour chaque type d'appareil.

Le poêle à bois

Dans ce domaine, on peut dire que vous avez le choix : esthétique rétro, classique ou contemporaine, il y’en a pour tous les goûts. L’esthétique c’est une chose mais les appareils actuels, même ceux aux looks rétro, sont des concentrés de technologie. Avec un rendement moyen de 80%, certains jusqu’à 85% c’est dire si les poêles à bois sont devenus des appareils de chauffage très performants.

Globalement le principe est celui de la cheminée à foyer fermé : L’air qui rentre dedans est chauffé, monte et se disperse dans les pièces de votre habitation. Il est alimenté par des bûches. En fonction du modèle, vous pourrez prendre des bûches plus ou moins grandes.  Un poêle à bois nécessite de stocker des bûches en grand nombre dans un endroit sec. Simple d’utilisation et rapide à chauffer, c’est un appareil sur lequel on pourra toujours compter.

Il ne vous reste plus qu’à choisir sa taille, son style, sa couleur et vous préparer à passer de bons hivers au coin du poêle.

Le poêle à granulés

Le poêle à granulés, aussi appelé poêle à pellets, remplace vos bûches par des granulés - ou pellets – constitués de particules de bois agglomérées.

Si son principe de chauffe est le même que le poêle à bois, son alimentation est différente. Quand le poêle à bois doit être rechargé souvent, le poêle à granulés gère son alimentation seul avec un réservoir qui lui confère plus d’autonomie. Ce système de chargement nécessite de l’électricité et cette particularité lui permet d’avoir des outils de programmation.

Programmable, économique et écologique, il nécessite aussi moins d’espace de stockage que le poêle à bois. C’est un avantage lorsque vous ne disposez pas de beaucoup d’espace. C’est un atout pour les petites et moyennes habitations.

Sa capacité de programmation et les possibilités de le connecter à une application pour smartphone en font un choix logique pour de nombreux foyers connectés. En quelques clics vous pouvez le lancer, l’éteindre ou le programmer pour réchauffer votre résidence avant de rentrer.  C’est un bon argument pour en faire votre de chauffage principal.

L’insert de cheminée

En quelques mots, c’est une boîte vitrée qui s’insère dans une cheminée à foyer ouvert ou dans un mur équipé d’un conduit de cheminée.

Il fonctionne en réchauffant l’air ambiant qui rentre dedans. Celui-ci s’échappe par les grilles d’évacuation et la paroi vitrée diffuse de la chaleur par rayonnement. Ce système permet un rendement 5 à 7 fois supérieur à une cheminée ouverte.

Plusieurs types d’inserts sont disponibles : avec alimentation par bûches ou granulés de bois, étanches ou non, sans compter les styles de finitions. Généralement raccordé à un tube d’évacuation des fumées, certains sont adaptés à la rénovation et les fumées sont évacuées directement dans le conduit de cheminée, sans tubage nécessaire. C’est le mode de chauffage au bois le plus simple d’installation.

La cheminée à foyer fermé

C’est le principe d’un poêle intégré dans une cheminée. L’air chaud est canalisé dans les pièces de la maison par des conduits d’air chaud. Les fumées sont évacuées par le conduit d’évacuation des fumées.

Proche de l’insert sur le principe, la cheminée à foyer fermé en est très différente sur l’installation car elle ne peut être installée qu’à la construction de la résidence, éventuellement pendant de grosses rénovations. En effet, les conduits d’air chaud et d’évacuation, l’habillage et les espaces chauffés sont adaptés au foyer fermé quand l’insert s’adapte à l’installation.

La vitre du foyer fermé diffuse la chaleur dans le séjour et la canalisation de l’air chaud dans les pièces attenantes. Le rendement d’une cheminée à foyer fermé est ainsi de 70 % en moyenne alors qu’un foyer ouvert n’est qu’à 10 %. Vous associez les avantages d’une cheminée à une source de chauffage efficace.  Il s’agit du mode de chauffage au bois le plus délicat à installer.

Quels critères de performance étudier ?

Si vous avez choisi le chauffage au bois, c’est que vous avez opté pour l’efficacité et la performance. Voici quelques éléments de comparaison que vous pourrez utiliser pour affiner votre choix d’un appareil de chauffage, ou tout simplement d’un mode de chauffage.

Penchons-nous sur la puissance, l’autonomie et le rendement à l’aide de ce petit tableau :

La puissance

Donnée en kilowatts (kW), il s’agit de l’aptitude de l’appareil à chauffer une surface (en m2) ou un volume (en m3).

Pour obtenir le meilleur rendement et moins s’encrasser, il vaut mieux faire fonctionner l’appareil à pleine puissance. Précisément pour cette raison, il faut éviter d’opter pour un poêle plus puissant que vos besoins.

L’autonomie

L’autonomie est la donnée qui va vous permettre de savoir combien de temps au maximum va durer la combustion du combustible inséré dans l’appareil. Le poêle à granulés, avec sa capacité de stocker des granulés et de les amener petit à petit dans le foyer sera normalement plus performant que les autres appareils en termes d’autonomie.

Le rendement

Donné en pourcentage, c’est le ratio d’énergie produite par rapport à l’énergie consommée. Un rendement élevé signifie que l’appareil consomme moins qu’un appareil au rendement plus faible. Dans la mesure du possible vous irez vers l’appareil ayant le meilleur rendement.

Le chauffage au bois en toute sécurité

Le ramonage

Le ramonage d’un conduit de poêle, cheminée ou de chauffage sert à enlever les dépôts et la suie accumulés à l’intérieur du conduit. Il est effectué par un professionnel qualifié. En fonction de l’accès et de l’état du conduit, cette opération peut durer entre vingt minutes et une heure.

N’hésitez pas à faire établir plusieurs devis auprès de professionnels différents. L’idéal est de choisir un professionnel appartenant à l’Organisme Professionnel de Qualification et de Classification du Bâtiment (OPQCB). Le coût du ramonage peut varier mais se situe souvent entre 30 et 80 Euros. Les variations constatées dépendent du lieu d’habitation, de l’état du conduit, de l’encrassement (qui va déterminer aussi le temps de ramonage), et du professionnel. Celui-ci vous donne ensuite un certificat de ramonage attestant de son intervention.

Si la loi impose un ramonage par an, les règlementations locales en imposent souvent un second, dont l’un pendant la période de chauffage. Pensez à vous renseigner auprès de vos collectivités locales (mairie, préfecture…) à propos de ces règlementations. Suivant l’énergie (bois, fioul, gaz ou charbon), la fréquence de ramonage peut être différente. L’obligation légale vise à prévenir les risques d’incendie et d’émanation de gaz nocifs dans votre habitation, mais également à éviter le rejet de particules dans l’atmosphère extérieure.

Garantie d’une meilleure sécurité de votre installation, l’entretien et notamment le ramonage aide à augmenter le rendement de votre appareil de chauffage et ainsi réduire votre consommation d’énergie.

En cas de non-respect de la législation sur le ramonage, vous êtes passibles d’une amende de 3ème catégorie de 68 euros.

Le certificat de ramonage peut vous être réclamé par l’assurance en cas de sinistre. Il s’agit d’un acte de prévention obligatoire demandé pour votre contrat d’assurance habitation. Si des dommages à des tiers ou des victimes sont causés, c’est votre responsabilité civile ou pénale qui peut être engagée.

Si vous êtes locataire, en tant qu’utilisateur c’est vous qui devez prendre en charge le ramonage. Le propriétaire à le droit de vous demander le certificat de ramonage attestant de l’opération.

En tant que propriétaire occupant, vous avez la responsabilité du ramonage.

Propriétaire loueur, vous devez veiller au bon état de propreté des conduits, notamment lors de changements de locataires.

En copropriété, le ramonage des conduits collectifs est à la charge du syndic, l’occupant est responsable des conduits individuels. Consultez dans tous les cas le règlement de copropriété pour vérifier que vous avez le droit d’allumer un feu de cheminées chez vous.

Avis Clients

CGV                              Mentions légales                              Demande de rétractation